MediaNet

Actuel et factuel

Composition de la délégation de la CEDEAO en Guinée

Alpha Condé a manœuvré contre Macky Sall et Umaru Embalò

 Après avoir annoncé à grande pompe sa prochaine présence dans la délégation devant se rendre à Conakry pour trouver une solution à l’imbroglio institutionnel en cours à la suite du coup d’état militaire,  Umaru Embalò n’a pas finalement  fait partie du voyage. Ainsi que le président sénégalais Macky Sall qui était désigné. Le président Alpha Condé qui ne cache pas l’inimitié qu’il voue à ses deux homologues, s’est opposé à leur venue préférant recevoir le ghanéen Nana Akufo Addo et l’ivoirien Alassane Dramane Ouattara.

Emballo avait avant la tenue de la conférence des Chefs d’état de la CEDEAO déclaré qu’il ferait partie de la délégation choisie pour se rendre à Conakry. Umaru Embalò ne s’y pas pour la simple raison que de concert, l’actuel chef de la junte et les présidents ivoirien et ghanéen ont donné suite à la volonté du président Alpha Condé de ne pas rencontrer Macky Sall et Umaru Embalò. Ce faisant, Alpha Condé répondait au président Bissau Guinéen qui avait déclaré à la presse le jour de son retour de Bruxelles, « Je me rendrai à Conakry pour discuter avec le Colonel Doumbouya qui est désormais mon interlocuteur, Alpha Condé n’est plus mon homologue et je ne parlerai plus de lui ».

Macky Sall et Umaro Sissoco Embaló étaient annoncés à Conakry. Le premier devrait y être  avec ses homologues du Ghana Nana Akufo-Addo et de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara, le second qui avait en personne annoncé son arrivée à Conakry, pour parler à la junte. Finalement, ni l’un ni l’autre n’ont foulé le sol guinéen, vendredi. Ils ont préféré rester chez eux.

Selon une source proche de la junte, le président Sall du Sénégal n’a pas bougé tout comme Embalò après la volte-face de Alpha Condé qui a souhaité rencontrer le ghanéen et l’ivoirien. « Pour ne pas foirer les négociations, c’était mieux qu’ils ne viennent pas à Conakry » dit notre source qui ajoute que l’ancien président Alpha Condé a par contre beaucoup d’estime pour Alassane Ouattara, Nana Akufo-Addo, Muhammadu Buhari, Roch Kaboré et d’autres sur le continent.

A Conakry, les deux chefs d’Etat Nana Akufo-Addo et Alassane Ouattara ont remis à la junte la décision de la Cedeao et exiger la libération d’Alpha Condé, détenu depuis le 5 septembre dernier, jour de sa chute. Ils ont essuyé des huées de la part de la population qui ne veut plus voir l’ombre d’Alpha Condé qui est haï jusque dans son propre village.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *