MediaNet

Actuel et factuel

Ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche, et de l’innovation

Cheikh Oumar Hann symbolise l’assèchement des idées

Ministre de l’enseignement supérieur (COH), n’est ni un esprit brillant, ni une érudition encore moins une inspiration. Ministre le plus critiqué parmi ceux qui sont originaires du Fouta, il s’empresse toujours de se tailler un leadership qui n’existe qu’à travers la presse. Il se fait passer pour le plus populaire et le plus utile des ministres  originaires du Fouta. Alors qu’en termes de popularité et d’actions de solidarité envers les habitants du Fouta, il ne saurait arriver au genou des ministres comme Me Malick Sall, Abdoulaye Daouda Diallo, Abdou Karim Sall, Mamadou Talla.  Aissata Tall Sall, Hamady Dieng, Racine Sy font mieux que Cheikh Omar Hann qui s’empresse toujours à travers la presse de s’arroger  une cote qu’il n’a pas.

Il est un excellent exemple de ce que peut symboliser l’assèchement des idées et l’affaissement de l’exigence. A chaque fois qu’il est interrogé

sur diverses questions d’ordre général et d’actualité, notamment la pandémie du Covid-19 et ses conséquences sur l’enseignement supérieur, la position du Sénégal dans le classement Shanghai, la forte chute de la croissance et les querelles immondes au sein de l’APR, il se distingue par des réponses décevantes.

COH ne sait convaincre ni sur la forme ni sur le fond. Il sait

aligner que des phrases creuses et a du mal à développer ses idées. Son niveau de français est très inquiétant.. On reproche très souvent aux étudiants leur faible niveau de langue. Sans les dédouaner, ça peut se comprendre car leur ministre n’a pas du tout le niveau.

Mais le plus ahurissant avec le ministre, c’est son ignorance voire sa méconnaissance des réalités du pays. N’est ce pas lui qui disiait que tous les étudiants ont des smartphones/ordinateurs qui leur permettent de suivre les cours en ligne. Il ya aussi  sa vision bidouillée du classement Shanghai.. Il a osé dire avec beaucoup d’assurance que les universités sénégalaises figurent dans Shanghai. Ce qui n’est pas le cas.

Symbolise de la défaite de la pensée dans toute sa splendeur, Cheikh Omar Hann doit-il continuer à diriger nos universités ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *