MediaNet

Actuel et factuel

 Lutte contre le corona

Faut-il soumettre les mesures à un test d’efficacité

La dernière mesure de couvre-feu qui avait été prise par le Sénégal pour endiguer  la  maladie du coronavirus, n’avait pas empêché une hausse des cas. Au même moment, elle a augmenté le nombre de ménages touchés par la famine.

La dernière mesure de couvre-feu  dans les régions de Dakar et Thies décidée pour lutter contre le coronavirus, avait montré ses limites. Non seulement, elle n’empêchait pas les cas d’augmenter mais dans des pays voisins comme la Côte d’ivoire, le Mali, les deux Guinées, le Cap vert ; le Burkina  où il ya pas eu cette mesure contre une deuxième vague, les cas n’explosaient pas. Les autres mesures d’interdiction prises en application de l’état de catastrophe sanitaire n’avaient pas non plus impacté sur la propagation de la maladie.

Avant de décréter cet état de catastrophe sanitaire qui a créé un état de catastrophe alimentaire, les autorités n’avaient pas pris la peine de passer en revue les différentes mesures antérieures, notamment leur impact  sur la situation sanitaire. Se prononçant sur la question, le très sérieux Dr Général Mame Thierno Dieng doute de l’efficacité des mesures et leur acceptation par les populations. C’est en effet, un secret de polichinelle qu’à cause de covid, beaucoup d’individus souffrant d’autres pathologies, se terrent chez eux, de peur d’aller se faire soigner. Le fait que les gens aient peur d’aller dans les structures de santé, qui n’en ont que pour le corona, augmente la tension hospitalière dans les hôpitaux qui ne peuvent être en mesure de reprogrammer des soins qui étaient déprogrammés au nom de covid.

Entre santé et faim

Malgré les mesures qui avaient été prises,  le constat est qu’elles n’ont pas empêché les cas d’augmenter. Autre chose qui augmentait et qui est la conséquence directe de ces  mesures, est la pauvreté dans les ménages. L’état de catastrophe sanitaire n’étant pas  assorti de mesures d’accompagnement pour les ménages et les personnes impactées, il a créé et accentué un état de catastrophe alimentaire chez ces derniers. Face à des populations qui avaient déjà faim, les impacts de telles mesures pourraient être dévastateurs avec cette maladie qui ne disparaît pas.

Il suffit de faire un tour dans les foyers pour se rendre compte que dans les familles déjà touchées par une situation de faim aiguë, les membres ont de plus en plus de mal à accéder à la nourriture face à la baisse de leurs revenus.  Le président Macky Sall qui se dit préoccuper par une solution contre covid doit également penser à la situation des ménages qui ne se relèvent pas de la pauvreté causée par les précédentes mesures. Inutile de dire que covid-au nom de laquelle le Sénégal cherche 200 millions d’euros pour faire fonctionner l’usine de production de vaccin, est une vraie équation pour le Sénégal.  Si les impacts de covid se feraient sentir uniquement dans le  domaine de la santé, la situation serait moins difficile. Mais les  mesures pour lui faire face font émerger de nouvelles vulnérabilités comme la pauvreté et la faim.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *