MediaNet

Actuel et factuel

Yewwi Askam Wi implose

Benno dans la tourmente

A deux semaines de la clôture des dépôts des listes de candidatures aux élections locales du 23 janvier prochain, la coalition Yewwi Askam Wi est entrain de voler en éclats. Pastef Dakar quitte le navire Yewwi au lendemain du Gamou où ses plénipotentiaires ont été zappés par serigne Moustapha du Pur.

A propos de cette fragmentation de Yewwi Askam Wi ( YAW), elle est la conséquence des ambitions des uns et des autres pour briguer les suffrages. En clair, devant la volonté des responsables de part et d’autre à être candidat à ces joutes, Pastef Dakar a jugé nécessaire de prendre ses distances de YAW. Une décision qui lui permet d’investiture à Dakar, des candidats dits «  Patriotes ». Le parti de Sonko dans la capitale Sénégalaise et le Tawawu n’ont pas pu accorder les violons sur le choix des candidats  aux locales.  En tout cas pour Pastef Dakar, ses candidats à Dakar seront connus ce vendredi. Un autre fait qui pose la question de la cohésion à YAW, s’est passé à Tivaouane lors du Gamou. En tant que fondateur du PUR et membre déclaré de la coalition Yewwi Askam Wi, serigne Moustapha Sy n’a pas rencontré la délégation de cette coalition. Les responsables qui ont fait le déplacement jusqu’à Tivaouane, n’ont pas été reçus par le guide moral des moustarchidines. En fait, beaucoup de questions se posent sur ce qui se passé au point que la délégation n’a pas rencontré le marabout. Prompt à tirer sur le régime de Macky Sall, serigne Moustapha qui a zappé les gens de Yewwi, n’a pas cette fois décoché de flèches envers le président et son gouvernement. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme.

Démons de la division

L’implosion en cours à Yewwi guette Benno. Dans cette coalition qui est toujours à l’écoute de son président, Macky Sall, il faut s’attendre à la présentation de listes parallèles. En effet, le président Macky Sall qui, en tant que chef de son parti, l’Apr et de la coalition Benno, ne s’écarte pas de la désignation des candidats de la majorité pour les locales de janvier prochain, doit s’attendre à des rébellions inéluctables dans son camp. Même s’il possède une arme de taille qui est son pouvoir de nomination aux emplois civils, le président du Parti Apr qui est aussi président de la République  devrait user de tact pour ne pas se retrouver avec un camp  en lambeaux.

Inutile de signaler que pour ces locales, la  guerre de leadership au sein de Benno aura lieu dans toutes les grandes villes du pays. Dans la capitale Sénégalaise ; Amadou Ba,  Diouf Sarr et Mame Mbaye Niang sont sur la ligne de départ pour une course où aucun d’entre eux n’est pas prêt d’abandonner.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *