MediaNet

Actuel et factuel

Affaire des talibés de Ndiagne

Hier mercredi, le Tribunal de grande instance de Louga a prononcé un verdict d’apaisement . Le juge qui a   condamné les prévenus à une peine de 2 ans avec sursis, les a permis de rentrer chez eux.

 Le tribunal de grande instance de Louga a rendu son délibéré sur l’affaire des talibés de Ndiagne en condamnant les prévenus, Cheikhouna Guèye dit Khadim et consorts à une peine de 2 ans avec sursis. Cela veut dire que si les prévenus venaient à récidiver cette peine va se transformer en peine ferme, ajoutée à l’infraction qui annule leur sursis.

 Pour  Me Famara Mané, l’un des avocats du maître coranique et Cie, il a trouvé « sage » la décision prononcée contre ses clients.

« C’est une décision sage. Le tribunal a pris en compte des éléments objectifs du dossier », a-t-il  expliqué après la lecture du délibéré.  L’avocat de reconnaître que « ses clients sont coupables des faits qui leur sont reprochés » Il a fait savoir que pour parvenir à une telle décision,  le tribunal a disqualifié les faits à l’encontre du forgeron qui  confectionnait les chaines. De son côté, Seydi Gassama. Le leader d’Amnesty International Sénégal se dit satisfait du

verdict final du procès qu’il considère comme  « un avertissement à tout maître coranique qui serait tenté de violenter ses élèves ».

A

A propos de cette affaire, Serigne Mountakha a appelé les

disciples de ne pas manifester le jour du prononcé du délibéré. Le guide religieux a demandé aux disciples de ne pas user de  violence comme lors du procès où des casses ont été commises dans les locaux du tribunal de Louga.

Pour rappel, le maître coranique de Ndiagne en cause, Cheikhouna Guèye dit Khadim, les parents des talibés et le menuisier métallique qui a fabrique les chaines ont été en fin novembre dernier et pour les délits de mise en danger de la vie d’autrui,  violence et voie de fait et complicité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *