MediaNet

Actuel et factuel

Rupture de kids-cherte d’intrants a la PNA

Les centres de dialyse et les hopitaux asphyxies

Le calvaire des malades de reins va s’accentuer avec la situation engendrée par le rupture de kids à la pharmacie nationale d’approvisionnement ( PNA).  La conséquence directe de cette situation risque d’être la fermeture de centres de dialyse envisagée par certains hôpitaux dont les pharmaciens déplorent également une cherté des intrants vendus par cette même structure.  Nous avons tenté d’entrer en contact avec les responsables de la PNA où on nous a demandé d’envoyer notre questionnaire par mail avant de nous promettre un rappel.

Si l’accompagnement et la disponibilité de places pour la prise en charge des hémodialysés posent problème au Sénégal, il va falloir ajouter à ce calvaire une rupture de kids qui ralentit les activités de certains centres d’hémodialyse.   Si dans des hôpitaux  comme le Roi Baudouin, le centre est encore fonctionnel,  ce n’est pas le cas dans d’autres où les kids commandés au niveau de la PNA tardent à être livrés.  Beaucoup de personnes souffrant d’insuffisance rénale risquent avec cette situation, de voir leur traitement interrompu, faute de kids. Malgré les efforts du gouvernement pour rendre gratuite  et accessible l’hémodialyse au Sénégal, la disponibilité des kids est un problème avec une demande de plus en plus nombreuse, souvent insatisfaite.

Problème de Kids

Dans les régions du Sénégal, le problème est encore  plus grave sans parler des zones qui ne disposent pas de centre de traitement et/où les malades sont obligés de se rabattre ailleurs. Cette rupture est la preuve que sous nos cieux,  l’accès aux soins demeure un parcours semé d’embûches

L’exclusion sociale ne fait qu’accroitre les inégalités de santé et rendre l’accès aux soins de santé encore plus difficile. Aujourd’hui, au Sénégal malgré les nombreuses mesures prises, un certaines personnes n’accèdent pas aux soins de santé. Il y a  pas que cela comme problème.  Il ya aussi une cherté d’intrants médicaux. Déplorée par les pharmaciens d’hôpitaux, cette cherté est notée dans des intrants comme la compresse, Vendue à 7000 frs au niveau de la PNA, elle est cédée entre 4000 et 4500 frs Cfa au niveau des pharmacies privées. En dehors de cet intrant, on a pu découvrir que les perfuseurs et les catétéres sont vendus par la Pharmacie nationale d’approvisionnement à des prix hors de portée par rapport à ceux pratiqués dans les officines privées. Si cette situation est déplorable, c’est qu’elle aggrave les conditions de vie des couches défavorisées de la société qui ont besoin d’accès aux soins. La  Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA)  est une institution étatique  crée en 1954 pour répondre aux besoins  médico-pharmaceutiques de l’Afrique Occidentale Française (AOF). La Pharmacie Nationale d’Approvisionnement est devenue un service public dépendant du Ministère en charge de la Santé après l’indépendance du Sénégal par arrêté ministériel 75-49 du 12 Mai 1975.

Elle a pour mission principale d’assurer aux populations l’accessibilité financière et celle géographique aux médicaments génériques et produits essentiels.

Dans le cadre des orientations stratégiques de sa politique sanitaire, le Sénégal a déjà entrepris des réformes du secteur pharmaceutique pour assurer l’accès de tous aux médicaments essentiels de qualité et à moindre coût. L’évaluation récente du système mis en place a révélé entre autres, une faiblesse dans la disponibilité des médicaments avec des problèmes d’accessibilité pour les populations vulnérables ou démunies et sans couverture sociale.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *