MediaNet

Actuel et factuel

Florence Parly devant les sénateurs français

« Si le Mali engage un partenariat avec des mercenaires, il perdra le soutien de la communauté internationale »

La « guerre » des mots continue entre Paris et Bamako. Florence Parly, la ministre française des armées continue de s’insurger contre les propos du Premier ministre du Mali Choguel Kokalla Maïga à la tribune de l’ONU, le weekend dernier, accusant la France d’un « abandon en plein vol ».  Au Senat français, la ministre française des armées, Florence Parly a encore jugé « inacceptables » les propos du chef du gouvernement du Mali. Florence Parly a aussi mis en garde le pouvoir malien contre tout partenariat avec des mercenaires russes.

« Si le Mali engage un partenariat avec des mercenaires, le Mali s’isolera, il perdra le soutien de la communauté internationale pourtant très engagée et il abandonnera des pans entiers de sa souveraineté», a déclaré aux sénateurs français, la ministre française des armées.

Concernant les propos du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga à la tribune des Nations Unis le weekend dernier, selon Florence Parly « accuser la France d’abandonner le Mali au lendemain de la mort d’un de nos soldats, c’est proprement indécent. » « Non la France ne se désengage pas au Mali, il est scandaleux de faire croire que la France s’en va, elle reste pleinement mobilisée. »

L’annonce d’un possible accord entre les autorités maliennes et la société russe privée Wagner inquiète la CEDEAO, l’Union Européenne, les autorités françaises et allemandes… La CEDEAO a dénoncé cette « volonté des autorités de la transition malienne d’engager des compagnies de sécurité privées au Mali. » La CEDEAO dit être préoccupée par les conséquences certaines sur la détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans l’ensemble de la région. La France et l’Allemagne menacent aussi de retirer leurs militaires engagés dans la lutte contre le terrorisme au Mali si les autorités maliennes passent de tels accords avec le groupe Wagner.

Dans sa réplique, dans un communiqué, le gouvernement malien « s’étonne et s’interroge sur ces allégations basées uniquement sur des rumeurs et des articles de presse commandités s’inscrivant dans le cadre d’une campagne de dénigrement de notre pays et de diabolisation de ses dirigeants. » Toujours selon le même communiqué, « le gouvernement rappelle que dans l’accomplissement pleine et totale de sa souveraineté et dans le souci de préserver son intégrité territoriale et le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres états, il ne permettra à aucun État de faire des choix à sa place et encore moins de décider quels partenaires il doit solliciter ou pas. »

Selon l’agence Reuters, les autorités maliennes sont proches de conclure un accord avec la société militaire privée russe Wagner, ce qui permettrait à Moscou d’étendre son influence en Afrique de l’Ouest. Selon l’agence de presse britannique, les mercenaires russes seraient chargés de former les militaires maliens et d’assurer la protection de certains hauts dirigeants maliens. Elle précise que le groupe de sécurité Wagner gagnerait mensuellement 6 milliards de francs CFA par mois pour son travail.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *