MediaNet

Actuel et factuel

PROSTITUEES ET PROXENETES

Comme deux larrons en foire

Il n’ya pas de prostituées sans proxénètes. C’est même un truisme de le dire. Le problème c’est de savoir qui sont ces proxénètes ? Ce sont généralement des gens qui profitent de la pauvreté de leurs victimes pour se faire de l’argent. Tenacière d’un bar restaurant dans la lointaine banlieue, M. F fait partie de cette race. Avec plusieurs dames comme employées pour servir l’alcool, elle les regarde se transformer en péripatéticienn dès qu’un client en exprime le besoin de fricoter avec l’une d’entre elles.

Approchée, KA, l’une d’elle qui a récemment quitté cette dame a bien voulu se confier sous le couvert de l’anonymat. Ce bar restaurant n’est qu’une couverture pour MF En réalité, elle fait prostituer ses employées qui en plus travaillent dans des conditions très difficiles. Il m’arrive de recevoir cinq « clients » par jour pour des miettes. A l’époque je ne lâche pas car c’est elle qui m’a recueillie au moment où personne n’avait besoin de moi. Je me disais donc que je lui étais redevable de quelque chose, elle qui en plus de me loger, me soignait et me donner à manger. Mais actuellement je me rends compte qu’elle ne faisait que m’exploiter. Ce cas est infime parmi tant d’autres. Combien sont-elles les prostituées qu’il y a sous l’ombre et pour le compte de proxénètes ? Très nombreux. Y’a en même qui recrutent des gardes du corps pour mieux surveiller l’activité de celles qui sont exploitées. Pour dire que certaines récalcitrantes sont martyrisées, battues etc… Si les proxénètes sont difficiles à identifier c’est parce qu’ils continuent toujours sous le couvert d’activités licites. On peut donner l’exemple de certaines structures de mannequinat, pas toutes quand même, de massage qui gagnent des sommes colossales en certaines filles dans le marché de la prostitution. Cela est d’ailleurs à l’origine de la prostitution dite de luxe. Il a aussi des occidentaux qui débarque en Afrique, prend épouse le plus normalement au monde pour en faire des prostituées une fois au pays. Sophie, une sénégalaise bon teint qui a vécu cinq ans en France après s’être mariée à un Parisien de passage à Dakar, ne nous dément pas. Elle en est une parfaite illustration « Quand j’ai rencontré et épousé Fred je pensais avoir rencontré la chance de ma vie. En plus d’être beau, il est riche comme crésus. Nos premiers mois de vie conjugale étaient fantastiques même si certains fantasmes me craindre.

Terribles confidences de Sophie, mariée à un toubab

Il arrivait qu’il m’attache pieds et poings liés au lit avant de passer à l’acte sexuel. Ce que j’accepte sans rechigner. Sans savoir aussi qu’il me préparait pour mon futur job. Un après notre arrivée à Paris, il a d’abord pris tous mes papiers avant de me forcer à la prostitution à domicile. Menaçant de mettre fin à mes jours, Fred m’a ainsi poussé dans ce métier que je n’ai jamais voulu embrasser dans ma vie. C’est avec la rage au cœur que j’offrais mes charmes à ses amis, à des voisins et à tous ceux qui souhaitaient me faire l’amour. Dès fois de la façon la plus sauvage. C’est profitant de son manque de vigilance que j’ai réussi à échapper pour aller me réfugier en Italie chez une connaissance. De là, des parents émigrés m’ont aidée à rentrer au bercail. Autant dire qu’entre prostituées et proxénète il y a pas de fossé .

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *