MediaNet

Actuel et factuel

Pour compenser une surfacturation au Gabon

Le français Colas contraint de bitumer 9,5 km de route

Deuxième pays le plus endetté de la Cemac, le Gabon a commis en 2020 une task force pour auditer sa dette extérieure. Les travaux du groupe ont révélé une surfacturation des coûts de réalisation de certains projets.

Pour compenser la surfacturation effectuée sur les travaux de rénovation de la route PK5-PK12, sur l’unique voie qui relie Libreville au reste du pays, le groupe français de BTP, Colas, filiale de Bouygues, va prendre à sa charge les travaux de bitumage de 9,5 km de route au Gabon, indique une source à la présidence de la République. Ces tronçons routiers à construire n’ont pas été précisés. Mais les travaux pourraient être lancés, d’ici la fin de ce mois de janvier 2022, selon notre source.

L’accord pour la construction de ce linéaire routier supplémentaire a été conclu entre Colas et l’Etat du Gabon, à fin décembre 2021 à Libreville. Des négociations entre les parties ont discrètement commencé après la contestation du coût des travaux de rénovation de la route PK5-PK12 en 2×2 voies.

Effectués entre 2016 et 2018, et financés grâce à un prêt de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), ces travaux ont été facturés à 65 milliards FCFA pour 6,430 km de route, soit un peu plus de 10 milliards FCFA le kilomètre. Un coût jugé non justifié et contesté par la task force sur la dette extérieure, pilotée par l’expert judiciaire Pierre Duro, ancien responsable de la gestion du parc immobilier d’Elf au Gabon.

L’accord trouvé entre l’Etat du Gabon et la filiale de Bouygues permettra au final de réduire les coûts du bitumage du tronçon PK5-PK12. Ainsi, pour les mêmes 65 milliards FCFA, l’entreprise française va bitumer au total 16 km de route. Ce qui ramène le kilomètre à un peu plus de 4 milliards FCFA contre 10 milliards initialement.

Ce coût reste tout de même élevé par rapport aux prix généralement pratiqués pour ce type de travaux dans la capitale gabonaise. En effet, de sources officielles, le prix moyen d’un kilomètre routier à Libreville varie entre 800 millions et 1 milliard FCFA.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *