Un salaire de 300 à 900000 frs Cfa

Où est ce que les maires trouvent leur richesse ?

Le dimanche 23 janvier 2022, les populations sont allées aux urnes pour élire leurs conseillers municipaux et départementaux. Si parmi les maires et présidents de conseils, il ya des gens qui vont servir, d’autres vont en profiter pour se servir.

Avec cette élection locale cruciale pour les populations, plusieurs candidats étaient en lice pour devenir maire ou président de conseil départemental. Mais si rien n’empêche les prétendants a afficher leurs ambitions, force est de reconnaître que parmi ceux qui se sont fait élire, d’aucuns sont entrain de dire ouf. Pourquoi ? Parcequ’ils vont utiliser leur fonction pour ne plus avoir de soucis financiers. Si parmi les élus, il ya des  patriotes engagés pour la cause des populations, beaucoup d’entre eux vont se servir et non servir. Il est en effet curieux dans un pays où le salaire des maires de commune est de 300000 frs Cfa, celui des maires de ville, 900000 frs frs Cfa, que l’on retrouve des élus, qui n’ont pas une autre activité, devenir millionnaire,  voir milliardaire quelque temps après leur élection.

Etre maire, c’est être le représentant de l’Etat et de sa commune vis-à-vis des institutions territoriales locales. A ce titre, le maire assume de très nombreuses fonctions dans des domaines variés et  spécifiques tels :urbanisme, social, environnement,économie… Il n’est point besoin d’être un politicien de métier pour être un bon maire. Il doit être à la fois un chef d’entreprise qui produit du service public, lequel doit être de qualité et cependant économe des deniers publics, mais aussi gérant d’une population qui est toute à la fois son client-administré et son patron électoral.  Si  au niveau de certains états- major politiques, les gens se bousculent pour être désignés candidats, il ne faut surtout pas perdre de vue que les populations, qui n’acceptent plus d’être dirigés par n’importe qui.  Elles ont appris à se faire respecter le moment venu en votant pour un tel et en refusant de le faire pour un autre.

Maintenant,  tous les élus sont jugés sur leurs résultats. Il est vrai qu’un bilan ne ment pas et qu’un maire qui a un bon bilan et ne trompe pas ses mandants a de grandes chances d’être maintenu à la prochaine échéance électorale. La preuve, avec les élections du 23 janvier dernier, les maires des localités comme Sandiara, Latmingué, Baba Garage Gnith, Ndiob, Fass Thiékène, Rufisque Ouest, Dieuppeul, Mermoz, Médinan Wakhinane….. n’ont pas eu trop de peine pour être reconduits.  Les électeurs qui ont acquis de la maturité politique, portent leurs choix sur des gens qui peuvent envisager des interactions entre leurs décisions et les conséquences des changements induits pour la vie des habitants et activités, au lieu où s’appliqueront ces décisions. Et cela aussi bien en termes d’équipements matériels, qu’en termes de lien social et d’environnement.

Même non élus, il ya des gens qui sont déjà maire de fait avec leurs nombreuses actions en faveur des populations dans les centres de santé, les écoles, la lutte contre les inondations, les prises en charge médicales, les financements de groupements de femmes, la formation des jeunes, les accompagnements aux étudiants…  Un bon maire n’est pas celui qui affiche de bons sentiments et de belles idées, mais celui qui est en mesure de faire le bon constat pour apporter les bonnes solutions. C’est qui est toujours au service de ses semblables et non qui se servent d’eux pour se remplir les poches.  Etre au service de ses semblables. Il est vraiment le moment d’en finir avec les élus inconséquents avec l’argent public.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous post Défaite de ténors de Benno aux locales
Next post Tuerie de boffa
Close