MediaNet

Actuel et factuel

Vaucluse : à 23 ans, il est condamné pour la 68ème fois !

Habitué des lieux, le jeune homme de 23 ans a été condamné pour la 68e fois par le tribunal correctionnel d’Avignon (Vaucluse). Surnommé le «Mineur aux cent délits», ce jeune homme a écopé de dix ans de prison . C’est un habitué des prétoires qui s’est présenté mercredi devant le tribunal correctionnel d’Avignon. Il n’a que 23 ans, mais son casier judiciaire, épais de 20 pages, ne comporte pas moins de 67 mentions, notamment pour vols, violences, agressions sexuelles et outrages. «Ça commence en 2005 par une condamnation devant le tribunal pour enfants pour une litanie de vols, égrène la présidente, Michèle Nesme. En 2006, vous avez été condamné 49 fois le même jour, l’audience avait duré toute la journée. Vous vous en rappelez ? Non ? Il y a beaucoup de personnes au tribunal qui s’en souviennent…». Dans le box, celui qui est surnommé le «Mineur aux cent délits», cheveux noirs et légère barbe, marmonne qu’il était «jeune» et qu’il n’a «pas eu de chance». Ce mercredi, il comparaît pour deux agressions sexuelles en récidive : la première commise contre une adolescente lors de la Fête de la musique en 2012 et la seconde en février dernier contre une prostituée à qui il a imposé une fellation. Arguant dans un premier temps ne se souvenir de rien, il a fini par reconnaître les faits, avançant qu’il n’était pas dans son état normal parce qu’il était alcoolisé. «Mon cerveau ne marche pas très bien».

Déscolarisé dès l’âge de 8 ans, il a frôlé la mort dans un accident au volant d’une voiture volée alors qu’il n’avait que 13 ans. Il s’en est sorti avec un grave traumatisme crânien qui, selon son avocat, Me Farid Faryssy, «est en lien avec son comportement». Deux experts psychiatres, qui le décrivent comme «dissimulateur et difficile d’accès», ont décelé chez lui «une structure perverse, des troubles du comportement de type schizophrénique simple». Le prévenu accueille ces conclusions avec un haussement d’épaule : «Mon cerveau ne marche pas très bien.» «Se présenter à 23 ans avec 67 mentions sur son casier judiciaire atteste d’une situation au moins obérée, estime le procureur, Philippe Guémas. Je n’avais jamais vu ça, c’est extraordinaire pour son âge ! Qu’il ne vienne pas nous dire qu’il n’a pas eu de chance, il a vu des éducateurs.» Etant donné «son profil inquiétant et de ses antécédents», il requiert douze ans de prison. «On a passé le stade des avertissements, il s’agit maintenant de protéger la société des agissements de ce monsieur», assène-t-il. Le tribunal a ramené la peine à dix ans d’enfermement assortis d’un suivi socio judiciaire pendant cinq ans. «Vous m’avez bien allumé !» lâche le prévenu, agacé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *