MediaNet

Actuel et factuel

Bocar Ndiongue-cadre-Apr

«Parcelles manquent de Tout»

Président du regroupement des patriotes Parcellois «  Parcelles Rekn Bocar Ndiongue qui est cadre de l’Alliance pour la République et candidat à la mairie des Parcelles enfile la robe d’avocat pour défendre ses concitoyens  et demander  au Président Sall de matérialiser ses promesses faites aux habitants des Parcelles.

Vous  êtes un militant de la première heure de l’APR qui était à côté du  candidat Macky Sall quand il faisait des promesses aux Parcellois. Sont-elles réalisées ?

Pour ce qui concerne les Parcelles Assainies, force est de constater que  Macky Sall n’a pas encore tenu ses promesses.  Le centre de santé Mame Abdoul Aziz Dabakh Malick, n’est toujours pas érigé en hôpital alors  qu’il l’avait promu aux habitants des Parcelles. Il y’a également le stade dont les travaux peinent à finir.    L’assainissement qui est un problème crucial aux Parcelles n’a pas encore trouvé de solution.  Ce sont là quelques domaines parmi tant d’autres pour lesquels le président avait fait une forte promesse  mais qui attendent  d’être réalisées.

Y’a t-il une part de solution de la mairie dans la satisfaction  des problèmes des  Parcellois ?

A part des bourses sujettes à polémique, je ne vois pas la touche de la mairie dans le règlement des problèmes des habitants des Parcelles Assainies. En terme de bilan,  je peux affirmer que celui de l’édile de Parcelles  n’est pas reluisant. On a  comme l’impression qu’on a le plus mauvais maire du pays. Aux Parcelles, les mêmes problèmes sous l’ère Mbaye Ndiaye sont vécus en ce moment par les habitants  qui ne sentent pas la mairie à leur côté.

Vous menez la bataille de l’opinion pour votre parti et la défense de Macky Sall. Il  promeut l’actuel maire, Moussa Sy. Vous approuvez ?

En tant que cadre de l’APR et militant de la première heure du parti, nous avons le devoir de défendre notre formation politique.  Nous avons aussi le devoir de défendre  Macky Sall qui a démontré avec cette pandémie et avant, qu’il est un rassembleur.  Il a aussi démontré qu’il est un président qui sait écouter son peuple et qui veille à ce que son économie ne soit pas affectée de façon à ne pouvoir plus se relever avec cette maladie. Le président Sall a su allier les  nécessités de santé publique aux impératifs de survie des populations et de l’économie. Pour cette démarche, nous le défendons et l’encourageons. Nous encourageons également  le ministre de la santé, Abdoulaye Diouf Sarr qui fa fait ce qu’un ministre doit faire dans la gestion de maladies du genre. Si les Parcelles attendent aujourd’hui de Macky Sall qu’il réalise ses promesses faites à cette localité, il faut reconnaître qu’il a fait beaucoup de choses pour d’autres localités. Nous ne nous focalisons pas sur la mairie des Parcelles encore moins sur un quelconque poste, mais  nous pensons que le Président Macky Sall doit d’abord penser à ses compagnons de la première  heure. S’il ya des gens à rétribuer, c’est par eux qu’il doit commencer avant de penser aux  transhumants.

Vous êtes donc carrément contre la promotion des  transhumants ?

Quel est le cadre Apr  habitant les Parcelles qui n’aurait pas à redire de la promotion de  Moussa Sy, un ancien lieutenant de Khalifa Sall qui l’a lâché pour l’Apr et dont   le passage à la tête de la mairie a accentué les problèmes de la localité qui manque de tout.  Si Macky Sall compte sur lui, il aura misé  sur un mauvais cheval  pour les locales.

Au délà des Parcelles, qu’elle est votre opinion sur la gestion du pays?

Il ya pas de secret. Le développement du Sénégal passe par l’action de tous ses fils et ses filles.  Le crédo de tous ceux qui sont aux commandes et à quelque niveau que ce  soit, doit être servir et non se servir. Nous encourageons le Président Macky Sall à persister dans la dynamique de décrispation  et de dialogue. Rien ne peut se faire de bon dans un pays, si le climat social et politique n’est pas apaisé. Il  peut pas y avoir émergence et développement dans un climat de suspicion et de tension permanente. Le président doit écouter  les opérateurs économiques nationaux et veiller à l’intérêt des nationaux.  Toute initiative allant dans le sens de rassembler les Sénégalais est à encourager.  Les 42% d’électeurs qui n’ont pas voté pour le Président Sall sont de bons citoyens qu’il  faut écouter. Nous nous associons à la démarche du président Sall avec ses pairs   pour l’annulation de la dette. La pandémie qui a impacté sur nos économies ne devrait pas la fragiliser d’avantage si la dette des nos pays est annulée.  Macky Sall et ses homologues se battent  pour cette annulation.  Nous lançons un appel  l’intelligensia africaine, à la diaspora et à la jeunesse à s’impliquer pour cette annulation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *