MediaNet

Actuel et factuel

Tuyau defectueux de l’ONAS a l’origine de cette situation

L’hopital regional El hadji Ibrahima Niasse envahi par les eaux usees nauseabondes

Depuis prés d’un mois, l’hôpital régional de Kaolack El hadji Ibrahima Niasse, est incommodé par l’odeur nauséabonde des eaux usées provenant d’un tuyau défectueux de L’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS).

Les services de Pédiatrie, de Néphrologie, le Centre d’imagerie médicale dit Cedim et le service de cardiologie entre autre de l’hôpital Régional El hadji Ibrahima Niasse sont actuellement sous l’emprise des eaux usées qui se déversent au sein de l’établissement sanitaire. Une situation qui intrigue le personnel et choque la directrice de l’hôpital, Khadidiatou Sarr Kebé.

La situation dure depuis un mois, depuis le 05 Septembre plus précisément, se désole la directrice qui pointe du doigt la Direction Régional de l’Onas qui, de son point de vue est dépassé par le coût des travaux pour réfectionner ses ouvrages. C’est un tuyau défectueux du réseau de l’Office National de l’assainissement, qui est a l’origine de cette situation calamiteuse, informe le patron de l’hôpital. Face à cette situation déplorable, la directrice appelle ainsi les plus hautes autorités de l’Onas à réagir d’urgence pour apporter une solution à cette situation qui a fini par polluer l’atmosphère du centre hospitalier régional avant de dégrader l’environnement qui était pourtant dans une dynamique d’embellissement avec un programme de pavage. En attendant l’intervention de l’Onas, des motopompes sont placées dans certains coins, une de moindre puissance est installée devant la porte d’entrée du Service de néphrologie, mais son débit semble assez faible pour vider les eaux nauséabondes qui ceinturent le service.

Selon la Directrice, l’hôpital a fait de tout son possible mais peine à venir à bout de ces eaux, les autorités administratives également, le gouverneur et le préfet ont tout fait mais la situation reste quasiment inchangée. C’est pourquoi la directrice lance un appel d’urgence à l’aide avant le Gamou de Médina Baye qui se tient vers la fin du mois avec la forte affluence attendue.

Le personnel de son côté craint pour leur santé et celle des patients qui risque de se détériorer à cause de cet environnement infesté de moustiques avec les gîtes larvaires qui commencent à se développer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *