MediaNet

Actuel et factuel

Emploi des jeunes

Faut-il auditer le Prpdac-l’Anpej-la Der ?

Peut-être que la dernière promesse en date de 65 mille emplois pour une somme de 80 milliards, permettra d’endiguer le chômage. De l’accession du président Sall à la magistrature suprême à nos jours, des projets tels le Prodac, l’Anpej  et la Der ont été mis en place pour un budget total de 140. Milliards. Si l’objectif et la création d’emplois,, leur impact sur le chômage doit être démontré par les exécutants qui ont un devoir de rendre compte.

Contre le chômage, une première promesse de 500 mille emplois, suivie d’une autre d’1 millions d’emplois ont précédé la dernière en date du président Sall de créer 65 milles emplois pour les jeunes. S’il est vrai que des programmes existent pour endiguer le phénomène grandissant du chômage, leur impact reste a être démontré par ceux-là qui ont été désignés pour leur exécution.

Avec un budget de 100 milliards, le Prodac avait, à sa création, pour mission  d’aménager et de mettre en valeur 30.000, hectares de terre, qui permettraient la création de 300.000 emplois pour les jeunes d’ici 2024. A mi- chemin, le Prodac est –il dans la bonne voie pour atteindre cet objectif. Il ya aussi la création de 2.000 groupements d’entrepreneurs agricoles viables sans parler de la mise en place de programme d’incubation au profit des jeunes entre autres missions du Prodac. Est-ce que conformément à sa raison d’être, la structure a mis en place un système intégré d’information et de suivi des groupes cibles sur le marché du travail et faciliter les conditions d’accès à un emploi aux jeunes et groupes cibles en les appuyant dans  l’élaboration et l’exécution des projets ? Est-ce que le Prodac est entrain de faciliter l’accès des jeunes et groupes cibles aux financements des projets et de mener toutes actions pouvant promouvoir l’emploi des jeunes, sont autant d’objectifs sur lesquels, le programme doit être évalué.

A Matam où un comité régional de développement s’était tenu du temps de gouverneur Baldé qui est depuis maintenant 3 ans à Tamba, le Prodac devait créer 20 mille emplois pour l’exploitation d’un domaine de 7 mille hectares qui ont été délibérés par les communes d’Agnam, d’ Odobéré et d’Ogo cinq. Le coût étant 8 milliards, c’est pas difficile de vérifier si effectivement ou pas, les investissements ont été faits et l’argent, servi à cette fin.  A côté des 100 milliards du Prodac, l’Etat du Sénégal  a mis à la disposition des jeunes et des femmes depuis mars 2018, un fonds de 30 milliards destiné à l’entreprenariat « rapide » qui est géré par la Délégation générale à l’Entrepreneuriat des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) en charge du programme. Sa mission consiste à  promouvoir, encourager et accompagner l’entreprenariat des femmes et jeunes du pays.

A été également assignée à la DER, une mission de financement direct et rapide des entrepreneurs, la garantie auprès des institutions financières et bancaires, la promotion d’investissements innovants etc. Par rapport à ce qui précède, il est facile de voir si la Délégation est sur le bon chemin ou pas. Est-ce que sa création a servi à réduire le chômage? Qu’est ce qu’à fait  l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes ( ANPEj) du budget de 10 milliards qui lui a été allouée ?. Le PRODAC, la DER, et l’ANPEJ captent un total de 140 milliards pour relever le défi de l’emploi des jeunes qui sont  dans un chômage chronique.  Si la question de l’emploi des jeunes a été agitée par tous les candidats qui se sont succédé au Palais de la République, aucun d’entre eux n’a pu jusque là, lui trouver une  solution. Au contraire, la situation des chômeurs  s’empire et les jeunes de plus en plus gagnés par la galère.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *