MediaNet

Actuel et factuel

Perdus par leur boulimie du pouvoir

Triste fin pour les amis, Jammeh-Condé-Aziz

L’amitié qui lie l’ancien président Gambien Yaya Jammeh, son homologue, Mouhamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie et Alpha Condé de la Guinée Conackry, est un secret de polichinelle. Liés par le pouvoir, ces 3 présidents amis, partagent aussi le sort d’une fin triste et peu enviable.

L »ancien président de la Gambie, Yaya Jammeh a été obligé de quitter son pays après vingt-deux années de règne sans partage. L’on se rappelle de son départ sur le tarmac de l’aéroport de Banjul le 21 janvier 2018 pour la Guinée équatoriale où une villa lui était réservée à Bata. La Gambie qu’il venait de quitter, selon le Hcr, s’était vidée de plus de 76.000 de ses filles et fils qui  ont fui le pays. Yaya Jammeh qui avait catégoriquement refusé de quitter le pays, a été raisonné par les présidents Alpha Condé et Aziz qui l’ont convaincu à partir pour éviter un drame en Gambie. C’est en effet, à la suite d’insistance des présidents de la Guinée et de la Mauritanie que Yaya  posa comme condition de son départ que ça se fasse avec les honneurs dus à son statut. Ce jour là, le président de la Guinée-Conakry, Alpha Condé, était à ses côtés sur le tarmac de l’aéroport de Banjul.  Sur la route de l’exil, Yaya passa par Conackry avant de se rendre à Malabo puis à Bata.  Le même Condé, en visite d’Etat en Turquie,  évoquera son amitié à Yahya Jammeh.

Condé qui plaidait la cause de Jammeh, déclarait « Le grand problème qu’on a en Afrique, c’est qu’il faut qu’on rassure les gens. Quand quelqu’un perd le pouvoir, il faut qu’on le rassure. C’est-à-dire qu’on ne va pas le poursuivre, poursuivre ses partisans ou sa famille. Tant qu’on ne donne pas de garanties aux chefs d’Etats qui partent, ils ont peur qu’il y ait une chasse aux sorcières », disait-il ajoutant : « tout le monde sait que moi j’ai d’excellentes relations avec le président Yahya Jammeh». Les mêmes relations qu’il a avec Jammeh, Condé les a avec l’ancien président Aziz très ami à Yaya Jammeh qu’il a défendu à son tour au point de choquer certains officiels de la Cedeao qui se posaient des question sur ce que vaut la Gambie et Yaya Jammeh aux yeux de la Mauritanie, et plus particulièrement aux yeux du Président Mohamed Abdel Aziz, L’intervention de ce président dans la crise Gambienne au profit de Yaya Jammeh avait fait débat. En  tout cas, si le président, Aziz n’a pas fait comme Yaya qui a chuté en tentant de rester au pouvoir après 4 mandats, ou comme Alpha Condé déposé par des militaires, après un 3ème mandant obtenu au forceps, il a, muri un  plan qui consistait à quitter le pouvoir tout en restant au pouvoir.

En  Mauritanie, c’est connu, après la victoire du président Ghazouani à la dernière présidentielle, Mouhamed Abdel Aziz qui avait déjà fait deux mandats a voulu le tenir en laisse pour lui dicter la voie pour la conduite des affaires du pays. Mais ce dernier lui a opposé un niet. Et lorsqu’Aziz a voulu instaurer une dualité via le parti politique, Ghazouani, général dans l’armée et  qui fut son ministre de la défense, qui donc, sait beaucoup sur la gestion de la Mauritanie, a sorti les gros contrats miniers et certains autres grands dossiers pour obtenir sa tête. Aziz  qui est actuellement sous le coup d’une inculpation pour détournements de deniers, publics, prévarication, enrichissement illicite, prise illégale d’intérêts est entre les mains de la justice de son pays. Il partage ainsi le sort d’Alpha Condé qui est entre les mains des putchistes qui ont décrété un couvre-feu  et interdit aux dignitaires de son régime de quitter le territoire Guinéen.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *