MediaNet

Actuel et factuel

Dialogue de sourds entre étudiants non orientes et ministre de l’enseignement superieur

A quelle version se fier ?

Entre  le ministre de l’Enseignement Supérieur et les bacheliers non orientés, il y a un vrai dialogue de sourds. Car si le collectif  des bacheliers non orientés,  affirme mordicus qu’il existe bel et bien des milliers d’admis  de 2019 et de 2020 non encore orientés  à ce jour, le ministre  pour sa part déclare à qui veut l’entendre que tous les étudiants qui le désirent ont été orientés.  Face à ce dialogue de sourds, nul ne sait finalement à quelle version se fier.

Entre les étudiants non orientés et leur ministre de tutelle, on ne parle pas le même langage. Et face à ce méli mélo, il est difficile d’ y voir clair car chaque camp campe sur sa position. Si le collectif des étudiants affirme qu’ il existe bel et bien des milliers de bacheliers de 2019 et de 2020 non encore orientés jusqu’à présent, le ministre pour sa part s’inscrit en faux et soutient  qu’il avait convoqué tous les bacheliers non orientés et que seuls 13 avaient répondu présents.

Des propos battus en brèche par les étudiants qui déclarent à qui veut l’entendre qu’après    la sortie du Ministre, le collectif des bacheliers non-orientés avait  lancé une plate forme de recensement des bacheliers non encore orientés entre le Samedi 06 et le Dimanche 07 Février et en 48H, ils ont enregistré 1 489 bacheliers inscrits. Dans le même sillage ces apprenants font savoir qu’ils  ont   prouvé que leur ministre  est dans « l’erreur, par ignorance ou par déni de la réalité » et  c’est à lui de le dire maintenant.  Répondant à l’invite des étudiants, Cheikh Omar Anne de dire que le pari était d’orienter tous les étudiants dans les universités et établissements publics d’enseignement supérieur.

«Pour l’heure, assure  le ministre, le défi est presque relevé, car à l’heure où nous sommes, 82% des nouveaux bacheliers sont déjà orientés contre 14 mille bacheliers qui seront très prochainement reçus dans les différents universités et établissements pu¬blics d’enseignement supérieur.» Pour se faire entendre des autorités, le collectif compte investir la rue dans les prochains jours. Ainsi, les frondeurs se disent prêts à utiliser toutes les formes de lutte pour réclamer leur droit à l’éducation garanti par la constitution.

Ce qui est dommage dans cette situation est que les autorités en charge de ce pays ne parviennent toujours pas à régler ce problème récurrent.   L’université ne peut pas accueillir tous les bacheliers, ce qui fait qu’il y a un système de sélection par le mérite.  Et cela les autorités devraient pouvoir le faire comprendre aux étudiants en leur cherchant d’autres débouchés. Malheureusement, en lieu et place d’une bonne politique d’éducation et de formation, elles préfèrent verser dans des discours politiciens.

Parce que même si le président Sall  demande qu’on oriente tout le monde, il s’agit tout simplement d’un discours politique car  lui même sait que ce n’est pas possible. D’ailleurs les étudiants ont annoncé avoir rencontré le directeur général de l’Enseignement Supérieur qui leur a fait savoir qu’aucun parmi eux ne sera orienté parce que les universités  sont saturées. De quoi désorienter davantage ces non orientés !!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *